L’ANADEB présente le projet COSO aux maires des 16 communes bénéficiaires

L’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB) a présenté le projet de Cohésion sociale des régions nord du golfe de Guinée (COSO) aux maires des 16 communes bénéficiaires dans les régions des Savanes, de la Kara et Centrale.

Face aux différents défis multisectoriels et climatiques complexes que traversent les pays du Golfe de guinée, à savoir le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo, plusieurs actions de prévention, d’adaptation et d’atténuation ont été mises en œuvre. De ces actions, nous avons le projet de Cohésion sociale des régions nord du golfe de Guinée (COSO). Il est initié avec l’appui de la Banque Mondiale pour contribuer et compléter les actions mise en œuvre au plan national.

Au Togo, l’exécution du Projet COSO est confiée à l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB). Ce projet touche 40 cantons dans 16 communes frontalières des régions des Savanes, de la Kara et Centrale.

Dans l’application de la stratégie de mise en œuvre dudit projet, l’ANADEB a organisé, les 03, 04 et 05 novembre 2022, respectivement à la mairie de l’Oti 1, mairie Bina 1 et à la mairie de Tchamba 3, les rencontres de présentation et d’échange avec les maires des 16 communes bénéficiaires du projet COSO au Togo.

Cette rencontre a permis à ces acteurs impliqués de s’approprier du projet, à travers ses objectifs, ses composantes, son approche de mise en œuvre, ses besoins de renforcement des capacités et sa source de financement.

Le projet COSO dispose d’une enveloppe financière de 60 millions USD, soit 33 milliards de francs CFA constituée à 50% de don et 50 % de crédit, pour une cible de 40 cantons du Togo, dont 36 dans la région des Savanes, 2 dans la région de la Kara, et 2 dans la région Centrale. Il vise à améliorer la collaboration régionale et la résilience socio-économique et climatique des communautés frontalières dans les régions cibles du nord des pays du Golfe de Guinée exposées aux conflits et aux risques climatiques par le biais d’un dialogue régional et d’investissement dans la zone frontalière.

Il est mis en œuvre suivant l’approche de « Développement conduit par les communautés – DCC » fondée sur la participation et la responsabilisation des communautés, l’inclusion sociale, l’équité et la transparence, la redevabilité et le développement de synergies.

Voir les images👇🏻👇🏻👇🏻
https://photos.app.goo.gl/vbMLtQabDBLvWqqT8

*

*

Top